Please assign a menu to the primary menu location under MENU

Clermont-FerrandFaits DiversPuy de DômeSociété

Scandale Uber : une livraison arrive en bon état

C’est un fait sans précédent dans toute l’histoire de portage de repas à domicile par des livreurs indépendants : l’un d’entre eux a réussi l’exploit d’accomplir ses missions dans le laps de temps imparti et dans un bon état de livraison.

Le drame a été signalé dans la journée du 15 janvier, bien que l’enquête puisse soupçonner que des faits similaires aient eu lieu auparavant avec la même personne. Hugues-Armand Bronbron, 22 ans, étudiant en nounoursologie et de confession platiste est le principal suspect. Livreur de repas depuis maintenant trois ans, il parcourt les rues de Clermont-Ferrand midi et soir en vélo. C’est un client scandalisé qui a appelé le restaurant et la société de livraison pour remonter les faits.

Livreur aimable et souriant

« Il est arrivé dix minutes après mon appel ! », s’exclame François Brabou, le dernier client en date. « Aimable, souriant, il a même enlevé son casque et a vérifié la commande avec moi… j’avais jamais vu ça avec les autres livreurs. » « D’habitude, ceux qui m’apportent ce que je commande me le jettent à la figure, ne me parlent pas et repartent aussitôt, mais pas lui. Ça m’a paru anormal ! Lui, il avait son propre vélo, pas même un en libre-service qu’il aurait arraché à une borne. Non, le sien ! Et la commande, oh mon dieu… »

La justice interpellée

François reprend ses esprits et continue : « En temps normal, le tacos ou le burger que j’attends est soit froid, les frites molles et le soda renversé, ou bien déjà entamé par le livreur, voir même des fois, c’est carrément autre chose qui m’est apporté, comme une boîte de sardine ou un chou-fleur. Eh non, là c’était en bon état, chaud, en place. J’ai de suite appelé les responsables, puis les autorités. Je pense que ça ira jusqu’au Tribunal international de La Haye s’il le faut. »

« J’aime ce boulot »

Interrogé à son tour, Hugues-Armand se défend d’un quelconque manquement à ses obligations. « J’aime beaucoup ce boulot et le vélo », argue-t-il avec force à l’inspecteur de police qui le rue de coups. « Je suis innocent, ce sont les autres livreurs qui devraient faire comme moi ! » Le procès très attendu et très médiatisé devrait avoir lieu dans l’année. Le suspect encours une décuple peine de prison à perpétuité dans un goulag creusois.

Leave a Response