Please assign a menu to the primary menu location under MENU

Société

Un guide des gilets va paraître prochainement

Après les gilets jaunes, des mouvements venus appuyer ou, au contraire, contester la mobilisation ont vu le jour. Entre les gilets rouges, verts, jaunes, bleus… difficile de s’y retrouver. Les éditions Faucher ont annoncé la parution d’un guide spécial qui sortira dans les kiosques dès lundi prochain.

« C’est clairement le bordel. On ne sait plus qui représente quoi et pourquoi. » constate le chef des éditions Faucher, Albert Paumé. « Avec l’équipe, on s’est réunis, on a mobilisé quelques auteurs spécialistes de la question et on a lancé ce guide. Après des heures et des heures d’écriture, je pense que l’on tient un truc » s’enthousiasme le responsable. D’après l’un des auteurs, Alphonse Plajia, les ventes devraient être nombreuses : « Nos premiers acheteurs devraient être les politiques et les syndicats » explique-t-il.

Des sous-catégories de gilets

Le guide consacre un chapitre par type de gilet, lui-même divisé en plusieurs sous-parties. En effet, au sein d’une même couleur, plusieurs revendications peuvent naitre, il faut donc établir des sous-catégories. « Par exemple, au sein des gilets jaunes, on peut distinguer pleins de groupes comme  « Pacifistes dépassés », « Râleurs professionnels », « Staliniens reconvertis », « Fétichistes de rond-point », « Retraités en recherche d’animation »ou encore « Nostalgiques du Troisième Reich »…  C’est vraiment dur de s’y retrouver, il a fallu des heures d’investigations », détaille Alphonse Plajia.

Un tome 2 en préparation

Alors que le tome 1 n’est pas encore sorti, la maison d’éditions annonce l’écriture en cours d’un tome 2 consacré à la façon de porter le gilet et sa symbolique en fonction de sa position (sur un pont, dans une voiture, en haut d’une statue…). Ce tome, intitulé « Le gilet guidant le peuple », pourrait être vendu ou même troqué contre dix litres de gasoil. « On est tellement fauchés qu’on n’est pas contre quelques litres pour nos voitures », avoue Albert Paumé.

 

Leave a Response