Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AllierFaits Divers

Il abuse de son calendrier de l’Avent et tente de dire du bien de Brassac-Les-Mines. La police l’arrête à temps.

Le drame s’est produit hier, à Brassac-Les-Mines, près de 20h30. Un homme d’une quarantaine d’année a fini son calendrier de l’Avent spécial « spiritueux », contenant pas moins de 24 bouteilles de 70cl ! Proche du coma éthylique, mais montrant une résistance incroyable malgré 40g d’alcool dans le sang, l’individu a manqué de dire du bien de la cité minière, arrêté à temps par la police. 

« On était en patrouille. On a vu l’individu, ivre, titubant sur le trottoir. Il a commencé à crier « Vive ma ville, vive… » mais heureusement on l’a stoppé à temps. » nous raconte Alphonse Bizu, policier à Brassac depuis 10 ans. « Il avait environ 40g d’alcool dans le sang, c’est incroyable, il a survécu. Il a même désaoulé rapidement. On lui a montré des photos aériennes de la ville et de suite il a retrouvé son calme. »

24 bouteilles en quelques heures

« J’ai commencé par une gentiane Salers, c’était gentil », se défend Thomaton Foinfoin, la victime. « J’ai regardé par la fenêtre. Les gens faisaient la gueule, c’était tout sombre, il pleuvait, j’ai repris une autre bouteille, puis une autre… En gros, j’ai craqué. » Pour l’avocat de Thomaton, ce geste n’est au fond pas si grave : « Mon client a fait comme tous les enfants, il était trop curieux de connaitre ce que contenait son calendrier. » Pourtant, les faits qui sont reprochés à l’accusé relèvent plus du tapage nocturne que son état d’ébriété.

Des habitants choqués

« Je suis né à Brassac, je n’ai jamais vu cela ! » témoigne Jeanine Crusdoudin. « Que l’on dise du bien de ma ville en étant ivre, ça me gêne profondément, on passe encore pour des ploucs, on en a vraiment marre de cette image », se lamente Jeanine. Le son de cloche est un peu différent chez René Néhen, fleuriste : « On se tue toute l’année à créer une atmosphère sinistre, ce n’est pas un ivrogne qui va nous la pourrir! ». Entre volonté d’offrir une meilleure image de la ville et celle de garder une impression sobre et austère, les habitants sont donc divisés. Ils pourraient toutefois se mettre d’accord s’ils venaient à tester ces fameux calendriers « spiritueux »…

 

Leave a Response