AllierEconomie

IKEA achète la forêt de Tronçais afin d’accroître sa production

Le géant IKEA a annoncé hier son achat de la forêt de Tronçais, dans l’Allier. L’entreprise compte abattre 1000 arbres par jour.

Jesper Brodin, le PDG d’IKEA se veut rassurant : « On ne va pas détruire toute la forêt… On compte en laisser 10% pour la production de tonneaux. Les 90% restants seront réservés à la création de charpentes, de planches et le mobilier ». L’homme est particulièrement souriant. Il faut dire qu’il a réussi un formidable coup en achetant les 10 000 hectares pour seulement un million d’euros, une véritable affaire sachant que le potentiel de la forêt est estimé à 200 millions d’euros par an.  Les employés de l’ONF ont aussi été requalifiés et travaillerons pour IKEA en tant que spécialiste de la découpe et de la replantation. Par ailleurs, une scierie de 3000 m² devrait être construite sur le site.

L’Allier attristée

Le département de l’Allier a manifesté son inquiétude suite à ce rachat. « C’était, avec quelques endroits de la montagne Bourbonnaise, le seul endroit joli chez nous. C’est un crève-cœur », a réagi le président du conseil départemental, Gérard Dériot. Les locaux sont aussi un peu déçus. Nounette, résidente à Saint-Bonnet-Tronçais, exprime sa tristesse : « C’était bien beau de se promener dans la futaie… Mais bon, à la place on ira dans les rayons d’IKEA », relativise-t-elle. Il faut dire que le nouvel IKEA qui sera construit non loin, à Montluçon, pourrait être un vrai labyrinthe et le nouveau paradis des randonneurs.

4 commentaires

  1. Bonsoir,
    J’eus l’occasion au cours de l’été 2014, de faire des déplacements de mon actuel lieu de résidence (ouest Ain) à Châteauroux. Je traversais d’est en ouest la portion la plus étroite de la magnifique Forêt de Tronçay, que je considérais à raison comme l’un des plus beaux joyaux de France. Sa magnificence me laissait sans voix à chaque voyage, qui avait souvent lieu la nuit. De silencieuses hordes de cervidés sortaient des futaies comme par enchantement, semblant voler au-dessus de la route.
    Et puis voilà que j’apprends cette nouvelle ahurissante d’un achat de ce lieu unique par le consortium commercial suédois, qui a de quoi révolter.
    Je ne comprends pas pourquoi cette forêt n’a pas été portée au patrimoine des Monuments Historiques ou, que sais-je, au patrimoine mondial de l’Unesco, au même titre que d’autres lieux du monde.
    Je suis scandalisée, et très triste pour les riverains.

Laisser une réponse