Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AuvergneFaits Divers

Plus de la moitié des chasseurs auvergnats se sont entretués depuis l’ouverture

L’ouverture de la chasse ne s’est faite que depuis le 9 septembre en Auvergne et déjà plus de la moitié des chasseurs sont morts. Un véritable drame qui s’explique peut-être par l’absence de mesure de sécurité.

« Je ne comprends pas. J’ai vu quelque chose qui bougeait, j’ai tiré… J’ai pensé que c’était un sanglier mais c’était Dédé », explique, confus, Jean-Mi qui a écopé de 95€ d’amende pour l’homicide involontaire de son ami.

Thibault, garde-chasse n’en croit pas ses yeux : « C’est du jamais vu. Ils balaient la forêt à la mitrailleuse lourde, c’est même étonnant qu’il n’y ait pas plus d’accidents… » Il rajoute, énervé : « On manque de moyens, c’est vraiment difficile de verbaliser, on se sent menacés… La dernière fois, je courais après un tank. »

Les chasseurs assurent être prudents

« Les chiffres sont sûrement gonflés », annonce Hervé, chasseur en Haute-Loire depuis plus de 32 ans. « On est extrêmement prudents. On forme les jeunes au bar quelques heures avant la chasse, on leur apprend à se servir d’une mitraillette, à poser des mines ou à porter un lance-roquette. On prend à la fin quelques verres. Je peux vous assurer que tout se passe bien . » Pourtant, Hervé reconnaît que des chasseurs sont moins vigilants : « Il  y a parfois des accidents. Mais je peux les comprendre, il est difficile de distinguer dans les bois un chasseur d’un chevreuil, c’est un peu comme les cueilleurs de champignons… « 

La fin des chasseurs d’ici 2030 ?

A ce rythme, les chasseurs (et les promeneurs) pourraient disparaître d’Auvergne d’ici 2030. Laurent Wauquiez a annoncé qu’il lancerait un fonds « SOS Chasseurs » pour garantir la survie de l’espèce.

 

 

 

Leave a Response