CantalSociété

Laïcité : l’école maternelle Les Quatre Vents de St Flour accepte la burka à l’école et crée la polémique

L’autorisation de la burka pour les petites filles de moins de six ans dans une école maternelle du Cantal créé la polémique.

Il est désormais possible de porter la burka (un voile intégral qui masque tout le corps et le visage et ne laisse apparaitre que les yeux derrière une grille). dans une école maternelle dans le Cantal. Après échanges entre parents d’élèves et la direction, il a été autorisé de porter ce vêtement souvent associé aux Talibans pour une douzaine d’enfants. Cet évènement est une première mais suscite de vives critiques de la part des riverains.

Faire exploser l’école

Pour Gisèle, c’est clairement « du foutage de gueule ». Elle s’emporte : « Mais où est la laïcité ? on ne moque totalement de nous. J’ai honte » Pourtant la directrice de l’école essaie de se justifier : « Des fondamentalistes ont proposé de faire exploser l’école et nous avons donc ouvert le dialogue pour un allégement des règles de la charte de la laïcité. Finalement, tout le monde est content. » Pourtant, la mesure choque, même  chez une grande part de la communauté musulmane, pour qui l’enfant n’est pas voilé, et sûrement pas avec un voile intégral. « Il ne fallait pas intégrer les trente Talibans arrivés en bus à St Flour. Quand ils sont venus avec des lances-roquettes, je me suis douté qu’on avait fait une bêtise », conclut Marouane.  Un rétropédalage est-il possible ? Tout dépendra de l’Etat et de la mairie, qui recoivent en ce moment les Talibans autour d’un thé convivial et d’une milice armée de kalachnikov.

 

1 commentaire

  1. Tant que le bonnet phrygien n’est pas obligatoire il reste un peu d’espoir. D’ailleurs j’ai passé une partie de ma scolarité derrière des fenêtres grillagées et je n’en suis pas mort.

Laisser une réponse