Please assign a menu to the primary menu location under MENU

EducationPolitiqueSociété

Le ministre de l’Éducation en panne devant les sujets du bac

Histoire de rester en forme, le ministre J.-M Blanquet s’est lui aussi attablé sur les sujets du prestigieux diplôme national, une fois les épreuves terminées.

« Le programme consiste à ce que le ministre aille dans un lycée parisien pour se mettre dans les mêmes conditions que les élèves », nous explique un assistant du ministre. C’est donc au lycée Raymond Barre, assis dans une salle, comme un étudiant parmi tant d’autres, que M. Blanquet s’est essayé au bac, dans les mêmes conditions que les jeunes.

Une opération de communication qui tourne mal

A la sortie, il confie aux médias, en sueurs : « La vache, c’était raide ! Je ne pensais pas que le niveau était aussi haut, je crois que je vais faire en sorte que la notation soit moins dure. Du moins, pour ma copie. » Il faut dire que les sujets réservés au ministre ont mis celui-ci dans l’embarras. « La philo avec « la pensée unique de la politique nationale vaut-elle mieux que celle de l’extrême-droite ? », j’avoue que là j’ai eu du mal. Et les maths avec le calcul de la puissance de feu nécessaire au dragon de Daenerys pour incendier Port-Real, là j’ai presque su répondre un truc. Mais le pire pour moi aura été le français. Attendez, analyser un texte de Jul et y trouver toutes les subtilités, métaphores et figure de style, c’est pas évident ! J’ai quand même un peu le seum sur tout ça… »

Pas de correcteurs

Heureusement, grâce aux coupes sèches dans le budget de l’Education Nationale, les copies du ministre devraient manquer de correcteurs. Un inspecteur de l’éducation nationale, spécialiste de tout et de rien, s’occupera donc de la correction.

Ne restera plus qu’à attendre les résultats pour savoir si M. Blanquet devra lui aussi passer aux séances de rattrapages, au même titre que ses réformes.

Leave a Response