Please assign a menu to the primary menu location under MENU

Météo

Météo-France prévoit une chute des températures cet hiver en dépit du réchauffement climatique

Froid, gelées et neige en montagne… Les prévisions saisonnières de Météo-France sont tombées ce matin et tentent de faire oublier les critiques essuyées après les inondations dans l’Aude.

Devant un parterre de journalistes, Jean-Marc Lacave, PDG de l’organisme public, a répondu aux critiques et a fait de nouvelles annonces pour l’hiver 2018-2019 : il fera froid ! Nous lui avons demandé s’il n’était pas en train de s’avancer en sous-estimant le réchauffement climatique. Droit dans ses bottes, il a répondu fièrement : « Cette fois, on est sûrs de nous à 132%. Nous avons embauché quinze ingénieurs qui ont épluché toutes les études climatiques disponibles, des relevés au thermomètre aux archives des glaces polaires en passant par les témoignages des habitants de la Bourboule ou de Mouthe. Tout a été introduit dans une base de données et analysé par un nouveau logiciel de prévision et d’anticipation fondé sur un modèle statistique et probabiliste de haute précision. Nous sommes formels à 364% : les températures vont chuter ».

Des recommandations adaptées

Aux questions sur les précautions à prendre et les équipements à prévoir, le spécialiste de la météo a été très rassurant : « Une vigilance orange aux écharpes sera émise courant novembre et une vigilance rouge aux moufles et bonnets sera promulguée si les gens se caillent trop ». Un journaliste de BFM pointilleux a demandé le nombre de m² de verglas prévu sur le territoire, la cartographie et le calendrier des plaques. Le directeur de Météo-France a répondu que ces éléments seraient fournis a posteriori avec une fiabilité de 557%.

 Une question de survie

L’objectif qui doit être atteint pour les citoyens est le risque zéro. Météo-France ne peut plus se tromper et doit transformer ses prévisions en prédictions fiables à 921%.  Désormais, les hommes savent qu’ils peuvent changer le climat de la planète, les pouvoirs publics n’ont plus d’excuse pour pallier les événements climatiques extrêmes.

 

©PxHere

1 Comment

Leave a Response