Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AuvergneClermont-FerrandCultureLoisirsPeoplePuy de Dôme

Joe Dassin serait le recteur de l’académie de Clermont-Ferrand !

C’est une révélation qui pourrait dépasser la simple sphère éducative. Le célèbre chanteur Joe Dassin, que tous croyaient mort, serait en réalité en vie. Il coulerait des jours paisibles comme responsable du rectorat de Clermont-Ferrand sous le nom de Benoît Delaunay.

« Le rectoratttt, le rectoratttttt, je veux l’avoir, et je l’auraisssss », se défend M. Delaunay, expliquant qu’il n’ a rien à voir avec cette affaire. Mais peu semblent aujourd’hui convaincus. « Il vient tout le temps avec sa guitare au travail. Au début, on trouvait cela rigolo, mais au bout d’un moment, on s’est interrogés », nous explique Lores Burot, du 17ème service compatibilité. La responsable du guichet 3 renvoyant au service des acomptes des catégories A38, Célia Mézondéfou, est du même avis que sa collègue : « On a tout de suite trouvé quelque chose d’étrange. L’information a circulé de bureau en bureau, et le temps que l’information m’arrive, c’est à dire six mois, le recteur a continué de faire comme si ne rien n’était. »

Des mesures étranges

Plusieurs déclarations et mesures du nouveau recteur, nommé en février 2018, auraient déjà dû mettre la puce à l’oreille aux personnels de l’éducation et aux fans du chanteur. Le 6 mars, il déclare, « La pédagogie différenciée, et si  tu n’existais pas ? »,  et quelques semaines il récidive en parlant de l’école des années 1980 : « Si tu t’appelles mélancolie ». Fait encore plus étrange, au mois de juin, le recteur craque en apprenant une énième erreur d’énoncé dans un sujet du bac et se met à courir et chanter dans les couloirs du rectorat en fredonnant « Guantanemara ». Enfin, à la rentrée de septembre, il annonce la mise en place d’un plan d’accompagnement de l’apprenant intitulé « Qu’il est loin, qu’il est long, ton chemin papa ! »

La fleur aux dents

L’intéressé ne semble pas inquiété par cette révélation. Aucun changement de recteur n’est pour le moment prévu. Les enseignants ne semblent pas se plaindre, comme Henri, professeur d’Histoire-Géographique qui nous avoue : « Ce n’est pas pire que d’habitude ».  Joe Dassin  pourrait donc changer un peu de vent  dans l’enseignement. Après tout, ça va pas changer le monde. Quoique ?

 

Leave a Response