Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AuvergneEconomie

Réintroduction de l’ours végan du Massif Central : les producteurs de légumes en colère

« Y m’a dévasté mes poivrons. » C’est par ces mots de désespoir que Dédé, agriculteur de Haute-Loire, nous présente le carnage survenu dans ses plantations. Les traces de mâchoires, les empreintes de pattes et l’odeur persistante de curcuma ne laissent aucun doute : l’ours végan du Massif Central a frappé.

La lentille verte du Puy particulièrement touchée

Si le plantigrade raffole des poivrons, des rutabagas et des choux romanesco, son organisme lui réclame des protéines, qu’il se procure exclusivement par la consommation de lentilles. Il ravage donc à cœur joie les hectares de lentilles vertes du Puy cultivés dans le département. Les producteurs de la célèbre légumineuse se sont en conséquence équipés en patous, clôtures électrifiées et pièges à ours, et réclament des indemnisations de L’État.

Danger pour l’écosystème

Les légumes sauvages ne sont pas en reste. Ainsi l’ours végan prise-t-il particulièrement l’aubergine sauvage de la Loire, dont le cycle de reproduction complexe implique une remontée du fleuve jusqu’à sa source, où elle pond ses œufs – le fameux caviar d’aubergine. Hélas, déjà fragilisée par les barrages et la pollution des eaux, l’espèce pourrait recevoir de l’ours le coup de grâce. Outre les conséquences sur l’environnement, cette disparition conduirait à une envolée du cours mondial du caviar d’aubergine – dramatique en pleine période des apéros-barbecue.

Réactions politique

Le ministre de l’environnement Nicolas Hulot, qui a piloté la réintroduction, s’est adressé aux agriculteurs pour les rassurer : « C’est vrai que l’ours est gourmand », a-t-il déclaré, « mais qu’est-ce qu’il est mignon ! Et puis grâce à lui, votre région a enfin un attrait touristique. Vous pourrez reconvertir votre ferme en spot d’observation de la vie sauvage. » Laurent Wauquiez, quant à lui, a immédiatement augmenté d’un milliard d’euros ses subventions à la fédération des chasseurs de Haute-Loire et a promis en récompense sa propre main ainsi que le département du Cantal au chasseur qui abattrait le plus de plantigrades.

 

©maldicequenoespoco

Leave a Response