Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AuvergnePolitiqueSociété

Corrèze, Creuse et Cantal : les conseils départementaux optent pour une limitation à 10km/h

Ces départements, aux circulations denses, ne semblent pas satisfaits de l’entrée en vigueur de la limitation de vitesse à 80km/h édictée par le gouvernement. Les présidents des conseils départementaux ont décidé de jouer la carte du 0 accident en optant pour une limitation à 10km/h.

Pascal Coste, président du conseil de Corrèze, a fait spécialement arracher 1500 hectares d’arbres pour l’installation de trois nouveaux panneaux de limitation à 10km/h. Pour lui, son choix est cohérent : « Il le fallait. Les lignes droites corréziennes sont fourbes. Des arbres peuvent tomber de n’importe où. Il faut d’abord détruire les arbres et ensuite limiter la vitesse ! »

Sa collègue pour le département de la Creuse, Valérie Simonet, a elle aussi opté pour les 10km/h dans le cadre de sa nouvelle politique d’hypermobilité. « En Creuse, la distance domicile-travail est généralement de 102 km. Mais nous sommes inquiets car il y a de moins en moins de travail. Nous proposons ainsi de limiter la vitesse à 10km/h jusqu’à ce que les gens en voiture en trouve un. À cette vitesse on peut utiliser son téléphone au volant, non ? »

Le Cantal longtemps irréductible refuse les 80km/h et choisit aussi le 10km/h

« Il faut surtout y voir une stratégie pour mieux prendre le temps de visiter le Cantal », argumente Bruno Faure, le président du conseil. Mais un autre élément entre en ligne de compte. « 80km/h, c’est surfait, on s’est toujours battu contre, explique-t-il. On ne va pas céder maintenant. C’est aussi pour cela qu’on a choisi une nouvelle limitation. Pour emmerder le gouvernement, c’est imparable ». Si dans ses propos le président mêle tourisme, provocation et sécurité, il sait qu’il s’expose à la grogne des Cantalous. Des automobilistes se plaignent de se faire doubler par des cyclistes et, encore pire, par des écoliers pourtant lestés de sacs de dix kilos. La révolution est en marche. Les rédacteurs du premier journal du département, l’Oignon du Cantal, auraient déjà distribué des pavés de Cantal aux manifestants pour les lancer sur l’Hôtel du Département.

Leave a Response