Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AuvergneClermont-FerrandPolitiquePuy de Dôme

Cygne noir au jardin Lecoq : l’extrême-droite se déchaîne

C’est une première à Clermont-Ferrand : un cygne noir a rejoint aujourd’hui l’emblématique mare du jardin Lecoq. Le maire, Olivier Bianchi, a accueilli le volatile en grande pompe, banderole « Welcome » à l’appui. 35 000 Clermontois ont assisté à la cérémonie. L’émotion était palpable et de nombreux spectateurs se mouchaient bruyamment.

Déchaînement sur la toile

Hélas, des images de ce beau moment républicain ont rapidement été récupérées par l’extrême-droite, et circulent désormais sur les réseaux sociaux, accompagnées de légendes telles que « Dire que c’est nos impôts qui payent ces trucs de bobo », « Et nos cygnes blancs, qui s’en occupe ? Ils sont trop blancs, c’est ça ? », « Venez pas pleurer quand ils nous auront envahis » ou encore « Voilà ce que donne l’islamo-gauchisme, j’ai mal à ma France ».

Escalade de violence

Bien entendu, le bastion social, récemment installé à Clermont-Ferrand, n’était pas en reste. Ses neuf membres ont immédiatement commencé à tabasser des quidams soupçonnés arbitrairement d’être pro-cygne noir. Heureusement, étant incapable de reconnaître les visages, ils se sont rapidement tabassés entre eux et ont désormais disparu définitivement.

C’est finalement Brice Hortefeux qui a clos la polémique en tweetant avec le hashtag #cygnenoir « Tant qu’il y en a qu’un, ça va. »

Leave a Response