Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AuvergneClermont-FerrandPolitiquePuy de DômeSport

Les premiers panneaux 80km/h installés au stade Michelin

À partir du 1er juillet, les panneaux de limitation de vitesse à 80km/h seront banalisés dans toute la France. Le stade Michelin a été équipé en avance et les joueurs de l’ASM pourraient en faire rapidement les frais.

À peine la (triste) tournée d’été du XV de France terminée, des polémiques secouent le monde du rugby français pendant la trêve estivale. « C’est hallucinant, ça va être un vrai handicap pour nous, et même pour certains adversaires ! », s’indigne Wesley Fofana, de retour à l’ASM et visiblement très remuant. La raison de son coup de gueule : l’entrée en vigueur des panneaux de limitation à 80km/h sur toutes les routes de France mais aussi dans les stades, et au Marcel Michelin en premier lieu !

Limiter la casse

La mise en place d’un tel dispositif aurait pour but de limiter les chocs lorsque la balle passe aux trois quarts aile. Si certaines équipes devraient être peu impactées comme le Racing Metro 92 ou Montpellier, d’autres comme Toulouse, La Rochelle ou l’ASM pourraient grandement en faire les frais. Le premier ministre, Édouard Philippe, s’est voulu rassurant lors de son discours, en compagnie de Bernard Laporte : « Nous avons passé un accord à l’amiable avec Nanar, nous sommes sûrs que cette décision va dans le bon sens et qu’elle favorisera le beau jeu.

Des risques d’ennuis mortels

Les joueurs de l’ASM et leurs supporters sont pourtant inquiets et ne comprennent pas la décision du ministre. « C’est n’importe quoi, on va s’emmerder », entonnent Cellier et Mickaël, deux fans de la première heure. Les panneaux devraient pénaliser leur équipe, certains joueurs pourraient s’exposer à de graves amendes. On pense par exemple à Alivereti Raka, flashé récemment à 92km/h lors de son footing matinal. Les peines rugbystiques encourues iront en effet jusqu’à 5000 euros d’amende et une suspension pour dix matchs (ce qui reste cependant moins que le temps moyen d’un ASMiste passé à l’infirmerie).

Leave a Response