Please assign a menu to the primary menu location under MENU

PolitiqueSociété

Déclaration d’E. Macron : Les chômeurs indemnisés seront envoyés à Cayenne

Alors que la suppression de l’Exit Tax en faveur des plus riches devrait coûter six milliards d’euros à l’État, le président français Emmanuel Macron a annoncé son nouveau plan de politique sociale, en proposant aux plus pauvres une aide inattendue.

« Les aides sociales coutent un pognon de dingue. Il y avait deux possibilités, soit on les supprimait, soit on faisait fructifier ces versements par un retour sur investissement. Nous avons opté pour la deuxième solution », a expliqué le président à la Mutualité. Le nouveau plan prévoit que les chômeurs indemnisés en dessous de 1000€ et les allocataires du RSA bénéficieront du versement de leurs aides à la condition de travailler au fort de Cayenne, en Guyane. « Bien sûr, il ne s’agit pas de casser des cailloux sur l’île de Guyane », a rassuré le président. Les indemnisés se verront confier des missions dans la sidérurgie, l’assemblage ou dans l’extraction minière.

Des missions contestées

« Je suis bac+8, et je vais devoir faire de la soudure, c’est ahurissant! » s’emporte Agathe. Pour Pierre, dont le  CDD de chargé de mission développement local se termine, cette décision est absurde. « Je postule en moyenne à deux offres par jour. À Cayenne, je vais être loin de tout. Il n’y a rien. Je vais devoir refuser mes indemnités et postuler à des offres de maçon assistant ou de ramasseur d’abricots. » Le président Emmanuel Macron a en effet précisé que les chômeurs pouvaient bien sûr éviter ce voyage en Guyane (AR à leurs frais) en refusant simplement les indemnités et en trouvant un travail, chose devenue de plus en plus aisée avec seulement 9% de taux de chômage.

Un projet d’impôt sur la pauvreté

Emmanuel Macron a terminé son intervention en précisant que le gouvernement planchait sur un nouvel impôt pour les bénéficiaires de la Prime d’Activité et des indemnités chômage. « Quelqu’un qui touche une aide sociale paiera un impôt à hauteur de 20% de son revenu, par souci d’égalité », a précisé le dirigeant LREM. L’argent sera reversé aux entreprises du CAC40 afin de relancer la croissance et l’investissement. Toutefois, plusieurs voix se sont élevées, même au sein de la majorité, contre cette idée, certains craignant qu’une émeute populaire éclate, comme lors des révoltes paysannes au Moyen-Age.

 

Leave a Response