Please assign a menu to the primary menu location under MENU

AllierAuvergneFaits Divers

Diesel à 1,5€ : furieux, un montluçonnais met le feu à une station service et explose

Un habitant de Montluçon (Allier), en voyant le diesel passer à 1,50€ dans sa station habituelle, a voulu afficher son mécontentement en brûlant le lecteur de carte bancaire. Le feu a hélas atteint les réservoirs et a provoqué une explosion qui a engendré un cratère sur un rayon de deux kilomètres.

Conséquence de la hausse significative du prix des carburants, les automobilistes sont de plus en plus nombreux à râler face aux taxes imposées par le gouvernement. Les réactions de certains semblent cependant disproportionnées. C’est le cas de Sigismond Praprouprou, originaire de Montluçon. L’homme, un habitué d’une station Toto Access, a découvert hier que le prix de son diesel dépassait les 1,50€. Aussitôt, il s’emporte. Germaine Findusse, gérante miraculée de la station témoigne : « Il a littéralement pété les plombs. Il a d’abord insulté la pompe, puis a sorti un chalumeau de son coffre arrière. Il essayait de faire fondre le lecteur de carte. Je suis sortie, je lui ai crié : « Attention, c’est dangereux monsieur ! Il y a de l’essence ! » Il m’a répondu : « Hein ? Quoi ? » Et ça a été l’explosion ».

Plus de peur que de mal

Heureusement pour Germaine, l’explosion a été sans gravité pour elle. Elle a été propulsée à l’autre bout de la ville et est retombée au centre de collecte des déchets, dans un réservoir de papiers recyclés contenant les plans d’aménagement de la ville de Montluçon. Indemne, elle a toutefois eu plus de chance que Sigismond dont les morceaux ont été éparpillés aux quatre coins de l’agglomération. Sans réelle explication, ceux-ci sont encore vitaux. « Il est probable que l’énergie de la colère les maintient en vie », nous explique un expert du service d’urgence du centre hospitalier.

Les débris de la victime auditionnés par la police

L’enquête est encore en cours. Les restes de la victime ont été entendus par les policiers. Un avant bras semble revendiquer les actes sans le moindre regret : « 1,50€, faut pas déconner ! Bientôt la voiture sera moins chère qu’un plein ! » La tête a quant à elle assurée qu’il fallait « arrêter ce grand n’importe quoi ». Le chalumeau a été confisqué à son autre bras. En état de reconstitution avancée, l’homme risque plusieurs années d’emprisonnement.  Il est pour l’heure en état d’arrêt – station.

 

 

 

Leave a Response